Actions
Théâtre(s) & Scène(s)
Vecteur Hugo

Tribun(e) William Shakespeare

Visuel TWS

Tribun(e) inédite du 21 juillet à 17H30 à la Maison jean Vilar à Avignon


Tribun(e) William Shakespeare

Le manifeste de Victor Hugo pour une (insu-)Résurrection poétique et politique

Logo sélection Printemps des Poètes

L'acteur-tribun Laurent Schuh monte la Voix sur les cordes sensibles du violoncelliste Marc Lauras sous le regard éclairé de Lionel Parlier pour lancer un Appel public à l'(insu-)Résurrection poétique et politique.

Quintessence du « William Shakespeare »* de Victor Hugo, chef d'œuvre méconnu, manifeste pour un art engagé en éloge au génie, Tribun(e) William Shakespeare se présente à cœur nu, dans un vibrant plaidoyer appelant le poète et l'artiste présents en chacun à devenir les vecteurs d'un monde à ré-inventer.

*Montage d'extraits orchestré par Laurent Schuh en complicité avec Danièle Gasiglia, Arnaud Laster et Fabien Le Borgne. Extraits du Texte intégral et des «reliquats-marges» William Shakespeare de Victor Hugo

Née à la Maison Jean Vilar dans sa toute première configuration en juillet dernier pour le 68e festival d'Avignon, cette Tribune est venue éclairer les citoyens Villejuifois pendant la Nuit Blanche le 4 octobre, a (é)levé la jeunesse pour les 30 ans du Salon du Livre et de la presse jeunesse de Montreuil le 1er décembre et fait revenir la lumière Place des Vosges à Paris le 21 décembre dernier.

Tribun(e) William Shakespeare accompagnera toute programmation artistique et culturelle ainsi que les évènements sur la place publique dès la saison 2014/2015, en France et à l'étranger



>> Vidéo >> Photos

Résumé

« L'avenir presse. Demain ne peut pas attendre. L'humanité n'a pas une minute à perdre. »
Tribun(e) William Shakespeare est une réponse à l'urgence de notre brûlante actualité.
Victor Hugo s'est imposé à nous comme tribun idéal, vecteur d'une pensée fondatrice comme génératrice... d'Humanité !
D'où la résurrection d'un Victor Hugo, citoyen du XXI° siècle, qui s'insurge contre les octroyeurs de constitution, les propriétaires de peuple et les dogmes pour restaurer la société par l'Art et la Science « les deux roues du progrès qui doivent tourner ensemble »
Le mot d'ordre est de faire face aux brûlures de notre civilisation, fissurée au cœur de ses principes fondamentaux, par la résurgence de nos intelligences individuelles et collectives :
« Tout assainissement commence par une large ouverture des fenêtres. Ouvrons les intelligences toutes grandes ».
Un appel à la régénération de nos cerveaux, à la lutte contre l'ignorance, gangrène de nos sociétés contemporaines qu'il faut essentiellement enrayer par l'éducation et la culture :
« il faut replacer l'homme dans le cerveau. Le cerveau, voilà le souverain qu'il faut restaurer. La question sociale veut, aujourd'hui plus que jamais, être tournée du côté de la dignité humaine. »
« Que la civilisation ait une reine, la liberté, et que l'ignorance ait une servante, la lumière »
Victor Hugo nous rappelle ici au fondement de toute construction sociétale et à ce lien indicible mais nécessaire entre le peuple et le créateur ; la raison d'être de l'Art au service des populations...Un bien commun dont les Arts et Mouvants, veilleurs actifs, se sont emparés pour le propager en partage avec le plus grand nombre sur les places publiques, les lieux et évènements symboliques.
« La pensée est pouvoir. Tout pouvoir est devoir. Au siècle où nous sommes, ce pouvoir doit-il rentrer au repos ? ce devoir doit-il fermer les yeux ? et le moment est-il venu pour l'art de désarmer ? Moins que jamais. »
« C'est beau d'avoir des héros, mais c'est un grand luxe. Les poètes coûtent moins cher. »
Quintessence du « William Shakespeare » de Victor Hugo, chef d'œuvre méconnu, manifeste pour un art engagé en éloge au génie, Tribun(e) William Shakespeare se présente à cœur nu, dans un vibrant plaidoyer appelant le poète et l'artiste présents en chacun à devenir les vecteurs d'un monde à ré-inventer. Un manifeste visionnaire pour un Temps présent, habité par le souffle d'humanité de Victor Hugo, porté en tribune par la voix organique et dansante de l'acteur-tribun Laurent Schuh, rythmé par la partition originale des cordes sensibles du violoncelliste Marc Lauras.

L'Art est une immense ouverture, béante à tout le possible. [...] Pénétrer de lumière la civilisation ; vous demandez à quoi les poètes sont utiles : à cela, tout simplement.
Victor Hugo, tribun contemporain, nous (dé)livre donc ici un texte coup de poing ; une force de proposition pour nous mettre en garde et nous remettre debout, en marche !
Vivre, c'est être engagé : tout "William Shakespeare" développe et justifie cette conviction.

« Maintenant, debout tous, à l'œuvre, au travail, à la fatigue, au devoir, intelligences ! il s'agit de construire. Ici trois questions : Construire quoi ? Construire où ? Construire comment ? Nous répondons : Construire le peuple. Le construire dans le progrès. Le construire par la lumière ».
[...]

Un appel vivant à nous révolutionner par la lumière !

« il s'agit de sauver la société dans la littérature comme dans la politique ».

Jean-Pierre Siméon, directeur artistique du Printemps des Poètes ne s'est pas trompé en plaçant Tribun(e) William Shakespeare au coeur même de l'insurrection poétique :

"Fait de langue, la poésie est aussi, et peut-être d'abord, « une manière d'être, d'habiter, de s'habiter » comme le disait Georges Perros. Parole levée, vent debout ou chant intérieur, elle manifeste dans la cité une objection radicale et obstinée à tout ce qui diminue l'homme, elle oppose aux vains prestiges du paraître, de l'avoir et du pouvoir, le voeu d'une vie intense et insoumise. Elle est une insurrection de la conscience contre tout ce qui enjoint, simplifie, limite et décourage. Même rebelle, son principe, disait Julien Gracq, est le « sentiment du oui ». Elle invite à prendre feu."

Production

Les Arts et Mouvants, à l'endroit des mondes allant vers dans le cadre du Programme Vecteur Hugo

Une création développée en partenariat avec Le MOTif, Observatoire du livre et de l'écrit en Ile de France, la Maison Jean Vilar, La Maison Victor Hugo à Paris, La Mairie du 4e, Villejuif-Nuit Blanche, Le Salon du Livre et de la Presse Jeunesse, la CCAS et La Ressourcerie Du Spectacle.

Crédits photo(s) : Visuel : Laurent Schuh by Litana Soledad - aide au graphisme : Sébastien Thomassey pour ST-TIK